Download Alabama song by Gilles Leroy PDF

By Gilles Leroy

The 2007 recipient of the Prix Goncourt (France's so much prestigious literary prize). The turbulent courting of Scott and Zelda Fitzgerald as obvious by means of Zelda is delivered to lifestyles in a super combination of fiction and fact.

Show description

Read Online or Download Alabama song PDF

Similar german_2 books

Daisy Sisters

Daisy Sisters novel

BKA: Die Jäger des Bösen

Die erste umfassende Darstellung der Arbeit des BKADie Jäger des Bösen – die Mitarbeiter des Bundeskriminalamts und ihre Kollegen bei EUROPOL und Scotland backyard – kommen aus allen Berufen. Um das moderne Verbrechen zu besiegen, braucht es nicht nur Ermittler, Zielfahnder, cellular Einsatzkommandos, sondern Techniker, Wissenschaftler, Psychologen.

Extra resources for Alabama song

Sample text

S’habituer, oublier. Nulle part je ne serais heureuse. Nulle part ne me soulagerait. Avant la lobotomie. Je sais que l’opération n’est pas si terrible, juste un poinçon qu’on enfonce au marteau sous l’œil, qui remonte au cerveau corrompu, l’enclume orbitale se referme et plus de souci, ni angoisse ni chagrin – pas même une cicatrice. Juste un coquart qui s’en va en quelques jours. Je garde ce que je peux de mon moi mauvais mais vivant. Vous comprenez, jeune homme ? . . . . . . . . . .

J’ai cru que j’allais pleurer. J’ai seulement pensé Tu me le paieras. Et je suis retournée nager dans le bras de mer. La fille du Juge ne pleure pas. Pas pour le fils d’un vendeur de lessive au détail. Si mes yeux sont rouges, c’est à cause du sel et de l’iode. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1940, mars Vous étiez trop jeune, docteur, vous ne pouvez pas imaginer, à nous voir décatis aujourd’hui et tombés dans l’oubli, comme nous étions célèbres, l’Idole et moi – « son Idéale », disaient les chroniqueurs mondains.

Le Juge et Minnie n’avaient pas daigné faire le déplacement. Ce mariage faisait l’unanimité contre lui : les amis de Scott désapprouvaient tout autant que ma famille. Je crois que ma robe était bleue. Mon chapeau aussi. Et sous le chapeau, mes cheveux avaient vraiment été brûlés par ce connard de coiffeur français. Et dans le taxi, après la bénédiction, Scott avait vraiment ouvert une bouteille de bourbon qu’on avait sirotée – le goût m’en revient, nauséeux, sur la langue. Quant au restaurant, non, je ne revois rien.

Download PDF sample

Rated 4.57 of 5 – based on 22 votes